• - Qu'est-ce que vous faites ?

    - On trie les dossiers. C'est le boss qui l'a demandé.

    - C'est quoi ce tas ?

    - Intermittents, intérimaires et Cdd à temps partiel. Direct poubelle, intraitables.

    - Et ce dossier vide ?

    - Musicien. Auteur. Artiste. Journaliste. On a déjà jeté.

    - On en fait quoi de celui-là ?

    - Raoni. Chasseur-cueillir. Nationalité : Brésilien. Il vient d'Amazonie.

    - Il est arrivé en pirogue ? Et il fait quoi en France ? Il a des papiers en règle ?

    - Refuge politique. Inattaquable.

    - Avec sa peinture rouge sur la figure ? Et puis chasseur-cueilleur, c'est quoi ce travail ? Et là c'est quoi ?

    - Des profs et des infirmières. Dans le dernier projet de loi, ils vont réduire le nombre de fonctionnaires. Ils partent déjà pour le privé.

    - Les ex-fonctionnaires vous oubliez. Et là ?

    - Secteur associatif subventionné. Poubelle.

    - Il reste quoi ?

    - On a éliminé les plus de cinquante ans, les moins de vingt-cinq sans expérience significative.

    - Significative ?

    - Tous ceux qui prétendent avoir fait des stages.

    - Il reste quoi ?

    - Ces trois dossiers : fin de CDD à temps plein, CDI licenciés pour raison économique ou pour faute.

    - Faute ?

    - Uniquement les fautes graves. Les autres, on a peur que ce soit un arrangement pour toucher le chômage. En résumé, sur nos 1 800 dossiers, on en a gardé 200.

    - Ben, ça va nous donner moins de travail.

    - Chef, on a terminé le tri. 200 dossiers à traiter.

    - C'est-à-dire ?

    - On a éliminé tous les faux travailleurs, on a gardé ceux qui avaient déjà eu un vrai travail.

    - Comment ça ? Vous n'avez pas compris les instructions. C'est pourtant clair, on doit trouver un vrai travail aux chômeurs. Vous pouvez recommencer à zéro.


    1 commentaire


  • Ce sont peut-être ceux-là les plus terribles.
    Dans la nuit de deux heures
    Quand la foule accusatrice des rêves a frappé.
    Le cri s'écrase dans la gorge

    Et le hurlement interdit se répercute à l'infini
    En toute impossibilité.
    Ce sont peut-être ceux-là les plus vrais,
    Les mots qu'on écrit après pour apaiser.

    J'étais un cri, j'écris
    Dans le tremblement du matin
    Avant le lever du jour
    Qui tressaille là au fond
    D'une cicatrice me liant au monde du néant.

    J'écris, je crie pour m'évader
    De moi qui existe à peine
    Ou déformé par des fantasmes impuissants.
    Ecrire toute la nuit
    Le matin ne viendra pas plus vite
    Le malentendu s'est tissé solide
    ouvrir le livre du futur et oublier.

    Toute la nuit j'ai dansé dans les lumières,
    J'ai jeté par les fenêtres les mots.
    Les mots par les fenêtres.
    Au petit matin, je suis ivre,
    étourdi au bras d'une inconnue sans joie.
    Sur le trottoir les mots se sont dressés,
    ils se sont dépliés et m'ont appelé.
    Ils ont repris possession de moi
    et ne cessent de défiler leurs histoires de mots.


    1 commentaire
  • Les livres aux mots noirs
    sont tombés épars
    Ce matin une main vaudou
    a empoigné ma poitrine
    mon cœur s'arrache

    Les livres aux mots de plomb

    ont délivré leurs paroles brûlantes
    Un esprit sorti de l'enfer
    a soufflé à ma bouche
    mes poumons s'effondrent

    Les livres aux mots incohérents

    ont lancé leurs flèches vénéneuses
    Un éros fatigué des jours
    a pétri ma peau flétrie
    mes souvenirs tenaces s’effacent. 

     


    votre commentaire
  • Société esclavagiste et société capitaliste

    - Dis papa c'est quoi la différence entre une société esclavagiste et une société capitaliste ?
    - C'est simple dans une société capitaliste, travailler c'est valorisant.
    - Ah ?
    - Par exemple, aux Antilles françaises les planteurs esclavagistes étaient installés dans la consommation ostentatoire, s’adonnaient aux jeux et aux plaisirs, cultivaient l’oisiveté et ça c'est pas être capitaliste, c'est juste profiter du système
    - Ah !? ben tonton y profite du système, parce que lui y bosse pas il est chômeur. ça veut dire que tonton est capitaliste ?
    - C'est plus compliqué, voilà, j'explique, les sociétés de l'Antiquité utilisaient des esclaves, avec l'arrivée des Barbares (du Nord), l'esclavagisme a été remplacé par le servage, la Révolution française a balayé le servage, avec la révolution industrielle qui avait besoin de beaucoup de main-d’œuvre, on pouvait difficilement revenir à l'esclavagisme, sauf dans des terres lointaines, là personne disait rien, ça se voyait moins, c'étaient pas des blancs les esclaves... donc les travailleurs étaient payés, mais exploités et souvent mal traités.
    - Ah ? alors c'est quoi la différence ?
    - Mange ta glace, elle va fondre avec cette canicule. Et maman va dire qu'on gaspille.

    http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Travail__capitalisme_et_soci__t___esclavagiste-9782707145536.html-


    votre commentaire
  • Bien avant le commencement, j'ai croisé un étrange voyageur, Omer Romanzini. J'ai cherché et je cherche ses traces depuis ... On croit l'avoir vu sur les bords du lac Léman, puis aperçu en Argentine avant qu'il ne s'efface pour réapparaître en Afghanistan. Omer traverse ainsi sa propre histoire qui ne semble avoir aucune limite ni frontière, pas même celle du monde concret qu'il effleure et marque de sa quête mystérieuse...  je ne sais plus.
    A retrouver dans la rubrique : "Les fils d'Omer Romanzini".

     

    Ma patrie est là où je suis, où personne ne me dérange, où personne ne me demande qui je suis, d'où je viens et ce que je fais. » B.Traven

     

    La liberté ou/et la mort.


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires