•  

    - Qu'est-ce que tu attends de moi Nicolas ? Tu n'es pas le premier à venir chercher une réponse. Qu'est-ce que tu crois parce que je connais le passé je saurais parler pour l'avenir ? J'ai tellement cru à cette vérité, je pense donc je dis. Chaque fois que j'ai tenté de donner un avis éclairé, au nom de mon expérience, j'ai créé, bien malgré moi, des catastrophes. Tiens, la dernière. J'aimais bien me promener en Afghanistan. Une fois même j'ai croisé Ben. Je lui ai montré le pays, ses montages, ses vallées, ses tribus, et je lui ai dit : « La Terre était comme ça au temps des prophètes, le tien et celui des anciens. » Bien m'en a pris, on voit ce qu'il en a fait de mes pensées sauvages. Une tuerie. Il a tout mélangé. Oui c'est vrai, Nicolas, je sais, l'écologie c'est une autre histoire. Mais tu sais comme moi qu'il y aura des vainqueurs et des perdants. Ne compte pas sur moi pour ouvrir la voie. Et je te demande de ne pas mêler mon fils à tout ça. J'ai déjà eu affaire à Alessandros, à Yeshoua , non ça suffit, un empire ensanglanté, une religion nouvelle sous l'aura du monothéisme. Pouah, mes fils ont été des bambins cataclysmiques.  Certes, j'exagère, comme toujours. Oui, c'est vrai, cette marche, c'est une bonne idée. Quoique en marche, ce n'est pas ma tasse de café. Je préférais Massoud je préfère Jean-Luc, mais je choisis toujours les perdants. Mes fils sont plus flamboyants. Des flambeurs. »

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :