• Tout le jour, sous la pluie incessante, Assane avait marché entre Saône et Rhône. Il avait marché au cœur de la ville sur ses pavés lisses et ses ornières béantes. Il avait suivi les quais moites du Rhône, puis ceux de la Saône, passant sous les doigts tendus, brisés, des platanes étêtés. Le soir venu, il s'était réfugié dans les salles enfumées d'un pub, il était question de crues, d'une péniche qui avait échoué dans la piscine en bordure du fleuve. Le patron s'inquiétait pour sa cave inondée. Demain il serait obligé de pomper pour évacuer dans le caniveau l'eau du fleuve. C'était dans cette même cave qu'en été 43 les résistants du groupe de Brémont s'étaient réunis pour la dernière fois.

    Assane avait besoin de soleil dans le jour, comme cette nuit Ava buvait du bourbon. Elle buvait son troisième bourbon quand il entra dans le pub. Une nuit de février. Elle était seule à une table, étrangère à tous les hommes aux yeux rougis qui l'entouraient. Cela avait intrigué Assane cette solitude au milieu de cette compagnie en paroles et mouvements. Une solitude. Assane était attiré. Une âme. Il savait en franchissant le seuil du pub qu'il rencontrerait une âme, une âme qui lui parlerait. Il avait fait le signe de la croix devant la porte verte du pub. C'était dans la seconde salle, à cette table en coin qu'elle l'attendrait. Il le savait.

    à suivre


    votre commentaire