• Vous m'écrivez

    Je suis de ceux que l'on peut attendre, ce n'est pas rien.
    Oui, prenez soin de moi. Je me soucie de vous.
    Deux écrins ! Deux écrins rouges, de velours ajoutés, de...
    écrivez-moi, encore, toujours.

    Ma patience à vous attendre tire sa force de vous
    vous êtes ma plus belle histoire de vie
    je trempe mes mots dans vos eaux de feu
    je trempe vos mots dans mes eaux limpides
    ces eaux de sève et de sang
    comme au premier matin du monde
    juste avant le premier cri

    quelle écume, quelle fleur toutes deux mêlées
    me conduisent à vous à l'infini de mes pas incertains
    souvent j'ai cru vous échapper
    quand une âme trop pure
    soufflait à mon coeur
    quand un corps trop vigoureux
    laissait des traces à mon réveil

    mais je suis de vous
    le diamant que vous avez une nuit
    glissé à mon doigt me rappelle à votre souvenir
    terrible mémoire sans mot, sans image
    vos rires de joie résonnent à mon âme
    que je vous ai offerte il y a bien longtemps
    je crois
    emmenez-là au pays qu'il vous plaira
    votre vie se tapisse de gloire
    je me vide, statue de sable, à vos pieds

    un jour, une nuit,
    j'en fais le serment, je m'endormirai
    loin de vos tourments,
    près de moi

    un jour, une nuit
    j'en fais le serment, vous vous endormirez
    loin de vos tourments,
    près de moi

     


    votre commentaire
  • Requins aux longues dents
    je me frotte à vos flancs
    pareils à des crocs
    je ne crains ni vos morsures
    ni vos caresses de verre
    vos écailles sont des manteaux
    à mes épaules nues
    la nuit je me berce à vos sommeils
    enveloppés par les courants marins
    dans les jours froids des fonds océaniques
    vous êtes mes ombres je suis votre regard
    tandis que vous nagez incessamment
    en quête de votre part de vie
    dans les liquides sous-marins
    mes ondulations vous guident
    près des chaines de coraux
    où frétillent les bancs de poissons
    mais n'approchez pas les dauphins
    qui soulèvent leur museau
    au-dessus des flots bleus
    leur dieu est d'ailleurs
    sa cruelle lumière
    vous éblouirait
    vous êtes des profondeurs
    vous gardez votre sang froid
    Requins aux longues dents
    je ferai votre poisson pilote.

     


    votre commentaire
  •  

    Les mystères qui vous habitent
    sont le flux qui me ramène sans cesse à vous
    je vous aime ainsi
    par vos insensibles volontés de fer
    je vous aime quand votre souffle est à ma bouche
    je vous aime quand vous déposez
    dans mes creux vos indicibles tourments
    je vous aime dans vos gestes et vos silhouettes
    je vous aime dans vos regards graves au loin
    quand vos mains enserrent mes doigts à l'infini
    au dessus d'une table de bistrot
    et que la place alentour s'efface
    je vous aime quand vous écartez
    votre armure éclatante ou votre habit rouge
    je vous aime quand vous vous dressez
    au-dessus de moi allongée
    pour plonger du corps à l'âme
    je vous aime quand je m'accroche à vous
    en apesanteur dans vos bras
    je vous aime quand j'entends vos soupirs
    dans vos sommeils troublés
    je vous aime quand vos rires
    d'une tristesse inavouée emplissent la pièce 


    puisque vous m'échappez
    je ne vous appartiens pas
    ne me demandez pas de choisir
    entre vous deux  
    laissez-moi nager sur vos océans
    ou longer vos cercles infernaux
    je vous rejoins parfois 
    dans vos désarrois
    par la profondeur de votre amour
    éternellement unique 


    vos ors se transforment en diamant
    à l'ombre de mes chairs
    vos lèvres arrachent le sang
    de mes veines vampirisées
    en louve grise je hume
    vos effluves de neige
    et lèche vos fêlures
    je vous aime ainsi
    échappant à toutes les normes
    parce que vous êtes
    les êtres les plus précieux
    que la terre m'ait confiés


    votre commentaire
  • Je serai le coquelicot
    dans tes champs de blé
    je serai la pomme
    dans tes jardins suspendus
    je serai le coucou
    dans ton nid frisé
    je serai le gazelle
    entre tes crocs léonins
    je serai l'étoile
    dans l'arc de ta lune
    je serai le sable
    buvant ton écume
    je serai l'édelweiss
    aux bords de tes gouffres
    je serai ton repos
    quand tu dégrafes ton armure
    je serai ton dernier cercle
    aux fonds des enfers
    je serai tout entière
    aspirée par ton souffle


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires