• votre commentaire

  • votre commentaire
  •  

    Je serais ce violoniste
    Qui joue à la fenêtre
    Derrière les volets bleus
    Ma musique monterait jusqu’aux nuages
    Et la tristesse glisserait
    Sur mon costume jusqu’à terre
    Où elle dessinerait une tache de deuil.

    Trois fois murmuré
    Trois fois dessiné
    Trois fois perdu
    Il est là dans mes rêves verts
    Il est là dans les rues violettes
    Il est là dans la vie noire.

    La beauté sortirait à peine de l’eau
    Je viendrais la sécher
    Avec des éponges bleues.
    Je jetterais à ses pieds des bouquets
    Trop vite coupés.
    Et je pleurerais de son parfum évanoui.
    Elle ne bougerait pas,
    Ni statue, ni femme,
    La beauté lointaine sortie de l’eau.

    Trois fois murmuré
    Trois fois dessiné
    Trois fois perdu
    Il est là dans mes rêves verts
    Il est là dans les rues violettes
    Il est là dans la vie noire.

    La souffrance tombait de ses épaules arrondies
    Sa robe de lin décelait les sanglots accumulés
    Elle se taisait et retenait ses mains
    sur ses cuisses fermées.
    Greta sortie de l’enfance bourgeoise
    S’enferme dans le deuil du désir.

    Trois fois murmuré
    Trois fois dessiné
    Trois fois perdu
    Il est là dans mes rêves verts
    Il est là dans les rues violettes
    Il est là dans la vie noire.

     

    Matisse - Le violoniste - Le luxe - Portrait de Greta Prozor

    votre commentaire
  • A ton front assombri tes rêves s'essoufflaient
    Dans tes nuits blanches perlaient des paradis
    Aux artifices dignes des enfers violets.

     

    J'ai arraché la lance de ton flanc meurtri
    D'où s'échappaient les flots de l'amour abattu
    L'oubli s'est creusé un nid dans tes souvenirs.

     

    J'ai cessé de parler, j'ai cessé de gémir
    L'herbe sauvage des voyages t'a vaincu
    Et le vent du nord me rappelle encore à toi.


    votre commentaire

     

    • « Ayant le feu pour père, et pour mère la cendre. » (Agrippa d'Aubigné)
    • « La neige fait au nord ce qu'au sud fait le sable. » (Victor Hugo)
    • « Rester dans le paradis, et y devenir démon, rentrer dans l'enfer, et y devenir ange ! » (Victor Hugo)
    • « Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger. » (Molière)
    • « Les désespoirs sont morts, et mortes les douleurs. » (Albert Samain)
    • « En temps de paix, les enfants enterrent leurs parents. En temps de guerre, les parents enterrent leurs enfants. » (Herodote)
    • « La guerre, c’est un massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent, mais ne se massacrent pas. » (Paul Valéry)
    • « Absence de preuve n’est preuve d’absence. » (axiome scientifique)
    • « Et l'on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens. Mais dans l'œil du vieillard on voit de la lumière. » (Victor Hugo)
    • « Vivre simplement pour que d'autres puissent simplement vivre. » (Gandhi)
    • « Je ne songeais pas à Rose ; Rose au bois vint avec moi. » (Victor Hugo)
    • « Un roi chantait en bas, en haut mourait un dieu. » (Victor Hugo)
    • « Aux espoirs indéfinis, aux charmantes inquiétudes. » (Maupassant)
    • « Les jours les plus longs étaient trop courts pour lui, et les nuits les plus courtes trop longues. » (Frederick Douglass)
    • « Vous aviez le choix entre la guerre et le déshonneur. Vous avez choisi le déshonneur, et vous aurez quand même la guerre. » (Winston Churchill)

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires