• Apothéose

     

    Ce matin le vent était violent. J'allais dans les rues pleines du soleil et du bruit des autres. J’allais avec des poignards en sommeil au-dessus de moi. Une branche abattue par le vent gisait sur les pavés. Si elle m'avait atteinte à la nuque avant sa chute finale, je serais là gisant à ses côtés. Le monde à mes oreilles serait silence et les ombres à mes yeux ne seraient plus. Les poignards d'argent n'oscilleraient plus, fatidiques, par dessus mes pas. La paix enfin serait installée. La solitude et le silence enfin auraient eu déraison du monde.

    Quelquefois j'agite le bras au passage d'inconnus qui ne me reconnaissent pas. Ce signe d'humanité, incongru à cet instant, fait se détourner la tête des passants. La folie des autres gène.

    Des îlots flous de réalité se dissolvent à l'assaut violent ou simplement incessant des vagues du conformisme qui sont confondus avec apaisement.

    Les choix ne sont que des détournements et le terrorisme à soi -le suicide ou son idée- devient l'ultime issue quand l'émiettement de la vie ne permet plus de modeler la forme initiale.

    Le temps se découpe selon la course du soleil et la scission à chaque retour de la nuit n'est autre que le déchirement de Prométhée.

    La lucidité appelle la lucidité et l'exigence interdit le repos tant que l'homme n'a pas trouvé son paradis, fuyant les mirages diaboliques où il risque de s'égarer.

    La nouvelle mystique est sans illusion qui admet que son ultime destinée n'est pas Dieu. L'effarement vient de là quand le sens n'est autre que la reconnaissance du non-sens.

    Alors vient l'apothéose.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :