• Ava ne leva pas les yeux quand il s'assit à sa table, sous le prétexte que la salle était bondée. Elle eut un simple mouvement des sourcils et sa main souleva en hâte le verre blond. « Puis-je m'asseoir à votre table ? » Il était déjà assis. Courtoise par indifférence, elle acquiesça. Elle fumait et buvait dans le noir, tirant sa robe bleue qui remontait au-dessus de ses genoux gainés de noir. Sa main tremblait quand elle goûtait son whisky mais ce n'était pas parce qu'elle avait trop bu. L'habitude. Elle était blonde et pâle, lèvres et ongles rubis, virant à l'anthracite sous les reflets cuivre du pub. Son regard était perdu.

    Née coupable, elle noyait son désarroi, droite et superbe, fière malgré son enlisement fatal. Plus tard, elle lui jetterait que les démons ne l'effrayaient pas, qu'elle en jouait. Et puisqu'il fallait bien prendre un amant, elle se laisserait prendre par le diable. Elle parlait en roulant la langue sur ses dents blanches et l'on entendait le souffle diabolique siffler dans sa bouche. Dans le même temps, elle cachait ses larmes. Faible elle ne se voulait pas.

    Assane, le berbère, était noir face à cette blancheur de peau, sauvage, irréductible. Ava était là à attendre l'homme qui la réduirait en cendre. Elle passait son temps à se tremper dan la forge et Merlin en aurait retiré l'épée des rois. Elle se dressait terrifiante avec les autres, terrible avec elle-même. A ce moment, Assane aurait voulu courir avec elle dans les vagues de minuit, sur les plages de son pays, là où l'Europe n'est qu'une légende ou une guerre.

    à suivre


    votre commentaire
  • Tout le jour, sous la pluie incessante, Assane avait marché entre Saône et Rhône. Il avait marché au cœur de la ville sur ses pavés lisses et ses ornières béantes. Il avait suivi les quais moites du Rhône, puis ceux de la Saône, passant sous les doigts tendus, brisés, des platanes étêtés. Le soir venu, il s'était réfugié dans les salles enfumées d'un pub, il était question de crues, d'une péniche qui avait échoué dans la piscine en bordure du fleuve. Le patron s'inquiétait pour sa cave inondée. Demain il serait obligé de pomper pour évacuer dans le caniveau l'eau du fleuve. C'était dans cette même cave qu'en été 43 les résistants du groupe de Brémont s'étaient réunis pour la dernière fois.

    Assane avait besoin de soleil dans le jour, comme cette nuit Ava buvait du bourbon. Elle buvait son troisième bourbon quand il entra dans le pub. Une nuit de février. Elle était seule à une table, étrangère à tous les hommes aux yeux rougis qui l'entouraient. Cela avait intrigué Assane cette solitude au milieu de cette compagnie en paroles et mouvements. Une solitude. Assane était attiré. Une âme. Il savait en franchissant le seuil du pub qu'il rencontrerait une âme, une âme qui lui parlerait. Il avait fait le signe de la croix devant la porte verte du pub. C'était dans la seconde salle, à cette table en coin qu'elle l'attendrait. Il le savait.

    à suivre


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique