• Ava (suite 6)

    « Vous pleurez, Assane ? » « Ce sont des larmes de froid. Le ciel noir s'illumine. Mes yeux se sont baissés et j'ai vu votre main posée sur le parapet. Sa perfection m'a effrayée. Elle me rappelle les portraits antiques. Votre main me confirmait notre différence, notre extrême éloignement. J'ai lu quelque part que la mémoire ne se perdait jamais et qu'un jour on parviendra à écrire la vie d'une momie en grattant la poussière des bandelettes qui ont recouvert son corps. Croyez-vous qu'en tenant votre main je pénètrerai le sens de la vie ? Voilà ce que je sens dans la clarté de votre main. Je la vois mais un voile épais m'en sépare. »



    Il héla un taxi et l'accompagna jusqu'à son domicile. Elle ne résista pas quand il entra avec elle. Elle était troublée par sa déclaration alors qu'ils se tenaient sur le pont et qu'elle lui donnait la preuve de sa déchéance à elle. Cette scène se répétait depuis des mois sans qu'elle ne tentât rien pour l'empêcher. Au contraire, elle portait sa déchéance en témoin, en preuve. Elle voulait encore plus de vermine pour se haïr tout à fait, regarder les regards propres des civilisés autour d'elle et leur montrer son visage de Gorgone. Elle pensait à d'anciens amants. « Ils m'ont appris à rire, à chanter dans la vie. Leurs mains dans mon corps, ils m'ont appris à crier. Avec le temps, ils sont partis ou je suis partie ; ils ont laissé mon sourire se figer, mes chants se blesser et mes cris se taire. » Elle pensait au premier qui lui avait appris à marcher et qui était parti trop tôt dessous la terre.

     

    Sa tête, alourdie par le vide qui l'encombrait, lui interdisait tout espoir et elle ne s'approcha pas d'Assane. Elle réclamait du feu pour sa cigarette blonde. Elle vacilla jusqu'à la cuisine et se pencha au-dessus de la cuisinière. Ses cheveux blonds valsaient au-dessus des flammes. Elle s'étala sur un canapé. Malgré son effondrement elle restait superbe et intouchable. Sa cigarette entre les lèvres oubliées, elle regardait Assane avec reconnaissance mais quand il voulut l'embrasser, elle le supplia de partir. Il ne l'écouta pas et resserra son étreinte. Il empoigna sa nuque longue, approcha sa bouche à sa bouche, glissa sa langue entre ses lèvres ouvertes. Leur souffle se mêlait, haletant. Ses mains modelaient ses jambes, ses cuisses chaudes tremblaient. Il la déshabilla pour sentir sa peau, son odeur de désir. Agenouillé, il glissait son visage, son torse lisse, son sexe dressé, sur tous les points tendus d'Ava. Et ses râles accentuaient encore sa quête. Elle eut à peine à le guider jusqu'à son point le plus humide. Il la pénétrait déjà. Avide, elle en demandait davantage.

     

    à suivre


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :