• Bulletin blanc

    Autiste de terre
    le dernier pavot a blanchi
    l'ozone efface avale engloutit
    les dieux s'égrènent ailleurs
    l'espoir a gelé
    la terre n'est pas promise
    le bleu s'embrunit
    aucune silhouette courbée
    dans les champs sans labours
    les sillons craquent comme un cœur
    quand l'amour a vécu


    Autiste de terre
    la sécheresse des mille nuits
    n'est pas un conte
    la romance est un vieux souvenir
    qui dépérit
    les vampires ont sucé les sèves des forêts
    les derniers cris des arbres asphyxiés
    ont sifflé dans les jours devenus nuit
    les orties cramoisies ont frémi


    dans les mers mortes
    les prophètes marchent à sec
    les colombes ne font pas la paix
    leurs ailes déployées de leurs corps inertes
    s'étalent en croix dans les poussières des plages
    les lianes amazoniennes s'effritent
    en claquant dernier bruissement de vie
    les terriers sombres sont couverts d'ossements
    les voiles sont noires sous les horizons de néant


    autiste de terre
    la vie se cache dans les gouffres de souffre
    dans mille ans peut-être
    un être nouveau surgira
    gardera-t-il la mémoire
    de ceux-là ?

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :