• Cunéiforme

     

    Cunéiforme

    • Qu’y a-t-il dans ces caisses ?

    • Un journal… son journal.

    • Tu as trouvé le journal d’Omer ?

    • En quelque sorte.

    • Comment peux-tu en être sûr ?

    • C’est plus qu’une certitude, c’est une intuition.

    • Et toi tu arrives dans les labyrinthes, tu trouves ces caisses, que personne bien sûr avant toi n’a remarquées, et tu dis c’est le journal d’Omer ?

    • Certes je les ai un peu transportées. Elles étaient derrière un mur que les archéologues n’avaient pas encore eu l’idée de creuser. Mais j’ai l’œil et puis, tu sais comme moi qui cherche trouve. Nous cherchions des pistes, furieusement, sur notre Omer, les voici.

     

    Julien montrait les trois caisses en bois dont la peinture avait pâli dans l’ombre des souterrains. Chacune devait faire deux mètres de long, un mètre de profondeur et autant de hauteur. Laurent était perplexe, il dégagea son ami assis sur l’une d’entre elle, pour soulever le couvercle, des papiers reliés jaunis par le temps.

     

    • Qu’est-ce qui te fait croire qu’Omer a écrit ses lignes ?

    • Regarde les deux autres malles.

     

    Laurent bascula le deuxième couvercle : de l’argile, des tablettes parcourues de signes. Enfin il ouvrit la troisième malle : des papyrus, du parchemin. Laurent se mit à trembler, leur piste les amenait enfin à Omer. Pourraient-ils enfin percer ses mystères, le retrouver vivant ?

     

    • J’ai commencé à déchiffrer les tablettes. Tu me connais.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :