Accueil | Créer un blog |

Musicales

Loading

Galerie

Octobre

DiLuMaMeJeVeSa
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

<< Le train de la vie (6/7) | Le train de la vie (7/7) | Corbeaux >>

Le train de la vie (7/7) | 31 octobre 2007

 

 

En cette fin d'après-midi d'automne, les rayons rasants du soleil éclairent la véranda. Derrière ses vitres embuées, j'entends les corbeaux croasser aux cimes des peupliers dénudés. Derrière moi, tu te tiens assise à la table d'écriture. Je songe à Orphée et à Eurydice. Je me retourne et ne crains pas de te regarder. Ton visage est tendu, ta bouche esquisse comme un chuchotement, tente-t-elle de raconter tes souffrances ambiguës ? Je n'entends que la pointe de ton stylo qui court sur le papier. Tu poursuis inlassablement tes écritures, derniers barrages contre l'effroi. Je t'offre une tasse de café. Lorsque le soir nous rejoint, nous regardons la lune se lever, fragile sentinelle qui veille. Je suis envahie par une certitude : nous vieillirons ensemble. Comment tout cela a-t-il commencé ? Au cours d'un voyage en train, par un frileux matin de février.

 

Fin

 

Photo : Yves-Marie Jacob

 

Publié par felixmartin à 19:06:37 dans Le train de la vie | Commentaires (1) |

08-11-2007  21:16  08-11-2007 21:16
Le train de la Vie  De  boname  Sujet:  Le train de la Vie
Beaucoup aimé le Train de la Vie.Texte bien écrit, très poétique Cet Amour qui nait, qui fuit, qui revient toujours aussi grand et fort, ça me plait beaucoup. On le vit avec vous au fil du récit. Dommage que ce soit fini ... le récit, car l'Amour est tjrs là ! Merci et Bravo

Ajouter un commentaire

Nom :
Email :
Url :
Sujet :
Texte :
Code :
si vous n'arrivez pas à voir le code Cliquez ici

Tous les derniers titres

Rechercher

Corinne Valleggia 
Jeanson
© Textes
romanzini at hotmail.fr


J'écris lorsque je ne sais plus parler.
Les mots courent, se bousculent, à leur rythme.
Les personnages de fiction s'échappent pour vivre sur le blanc de la page.
Souvent le JE devient homme, parfois le JE reste femme,
mais pourquoi chercher le sexe des anges ?
JE n'est pas écrivain, JE n'est pas poète, IL écrit pour respirer mieux.
Jubilation au bout de la ligne, où se mélangent mélancolie et force de vie.
J'aime écrire, comme on écrit une lettre d'amour à l'aimé absent trop présent.
 


Merci à vous, visiteurs, de vos regards croisés.

Début de l'histoire : j'ai ouvert ce blog pour diffuser les dessins de Félix Martin, mon grand-père, qui a réalisé, entre 1950 et 1970, 250 planches de dessins géométriques au stylo bille, en noir, bleu, rouge et vert.

La lettre d'Histoires d'Ecrire

Newsletter



Mailing list, liste de diffusion et gestion d'emailing

Promeneurs

Depuis le 02-01-2006 :
1654022 visiteurs
Depuis le début du mois :
14115 visiteurs
Billets :
696 billets