• Demi-siècle

     

    Je n'ai as pris ce train, ce matin de mars. Pourtant nous avions fixé notre rendez-vous à 11h33 précise en gare de V***. J'ai hésité. Je savais que ma vie serait imprégnée à jamais de ce rendez-vous. L'intranquillité me laissait là sur ce bord de quai, en gare de L***. Impossible de poser mon pied gauche sur la première marche du wagon. Les autres passagers se pressaient vers leur destination. Derniers sourires, derniers baisers avant le départ. Un jeune homme me bouscula. S'excusa. J'ai reculé. J'ai attendu que le train s'éloignât. J'ai entendu les portes se refermer, je restais à regarder le lent échappement du convoi jusqu'aux tampons arrondis du dernier wagon et les voies qui reprenaient leur densité métallique.

    Je suis revenu à la gare, j'ai acheté des Pall-Mall et j'ai pris un café dans le premier bar en face du parvis. Je me suis souvenu de notre premier voyage en train. Nous avions quitté la France de nuit, nous nous étions éveillés en Italie : Venise. Le parvis de la gare Santa Lucia de Venise, ses marches qui plongent dans les canaux. Nous étions des enfants, nous découvrions la vie ensemble, à peine vingt ans. La joie nous appartenait. La joie de découvrir à deux la vie, son monde, ses sensations. Je devinais que ce voyage symboliserait à jamais tous mes voyages. Je sentais ta main dans ma main.

    Depuis d'autres trains m'ont capturé, depuis d'autres compartiments m'ont accompagné le temps d'un voyage à la découverte de nouveaux continents. Tant d'autres trains, tant d'autres continents. Ces transits passagers, mouvants, absurdes à force de tentations, de tentatives, de nouvelles joies aussi.

    Comment au bord des mes cinquante ans, aurais-je pu reprendre le même chemin qui me guide incessamment vers toi jamais oubliée, jamais abandonnée au fond de mes tripes ? Il m'aurait fallu détacher toutes mes peaux cramoisies, tatouées, pour retrouver la chair transie, je ne sentais que mon vieux squelette broyé par mes déambulations, tous ces lieux de passage, tous ces visages, ces corps qui avaient accompagné ma propre vie, ma vie de vagabond. Vagabond depuis ton départ, éloigné de mon âme, de mon identité. Je connaissais à peine mon prénom, mon visage dans les reflets des vitrines comment l'aurais-tu reconnu ? Et dans ces reflets à côté de ma silhouette sombre j'ai perçu ton visage, comme un mirage.

    J'ai refait le trajet, depuis le bar jusqu'à la gare, je l'ai traversé, j'étais sur le quai, un second train m'attendait. Les grèves de mars embrouillaient les pistes. Le contrôleur me demanda de me hâter, c'était le dernier train en partance, oui il s'arrêtait à V***. J'étais essoufflé, ce n'était pas ma course, c'était toi que je rejoignais. Je suis descendu sur le quai, tu étais restée à m'attendre. Tu m'as souri. Nous avons pris un café ensemble et nos doigts se sont croisés par-dessus nos tasses fumantes, nous avions retrouvé le chemin, rien n'avait changé, ni nos visages, ni nos cœurs, nous étions en terrain connu et dans le tourbillon de la vie il nous restait un long voyage à poursuivre. En aurais-je la force ?


  • Commentaires

    1
    Jeudi 2 Octobre 2008 à 11:03
    Trains d'union
    Il y a des gares de départ et des gares d'arrivés. Entre les deux des trains, traits d'unions entre deux êtres que tout sépare mais qui s'attirent malgré ce tout, comme des aimants, comme des amants.
    2
    P.
    Dimanche 19 Avril 2015 à 19:45

    Un demi siècle d'éternité... Merci Corinne.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :