• Déraison

    Le café fume à ma bouche
    Si tes yeux au dehors louchent
    Pendant que tu déraisonnes
    N'oublie pas que je maisonne

    Tes passants ne bercent pas
    Mes soirées de doux délices
    Las mes soupes ne sont pas
    Exotiques, ni complices

    Au bout tendu de tes nuits
    Mes ardents réveils nourrissent
    Tes aurores, tes ennuis
    Fondent quand dans ton calice

    Je broie mes épices vifs
    Les hydromels jouissifs
    Conviennent à tes mortels
    A mes ambroisies chancelle !



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :