• Différence

    Nous marchons côte à côte
    Dans la ville de bord de mer

    Mes yeux sont ouverts
    Les tiens ont connu la tyrannie

    Mes mains se tissent à tes doigts
    Tes mains se sont dressées en poings

    Mes bras se balancent à ton corps
    Tes bras ont pointé des fusils

    Mes cheveux ont la couleur des temps
    Tes cheveux ont été arrachés par tes bourreaux

    Ma bouche esquisse des rires d'enfant
    Ta bouche rappelle les cris écrasés

    Mon corps est une liane sans arbre
    Ton corps a soulevé les corps de tes frères soldats

    Nos silhouettes ne sont pas communes
    Mais la mélancolie est notre cape.



  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :