• Eloge du mensonge

     

    J'avoue, j'avoue
    Perfide, j'irai te chercher au fond des tes provinces
    Je compte les moments que je perds sans toi
    Je m'impatiente de te revoir
    Mon lâche coeur pleure de toi...
    Fi de la tragédie
    Je ne loue que ta comédie humaine
    J'avoue, j'avoue
    Tes mensonges
    Nourrissent mes songes
    Quand tu nies
    Rien ne me ronge


    Eponge, je m'accroche  aux  rochers
    Je  plonge dans ta vague
    Qui bat sous d'autres forêts
    Ainsi les marionnettes font
    Mon ange je longe ton verso
    Ma bête mange-moi
    Arrange-moi un coin
    Dans ton étrange manège

    J'écoute tes fables
    Tes artifices me font craquer
    J'aime les serments que tu sèmes
    Judas je consens à tes baisers
    Tes boniments me gréent
    A ton mat de bateau
    Tes mirages dorent mon désert
    Ton bourrage enfume mes romans
    Tes contes hantent mes sommeils
    Ma vie s'illusionne à tes inventions
    Je fonds à tes tromperies
    Tes non-dits s'accordent à mes imaginaires
    Tes trahisons me délivrent du néant
    Mystifie-moi
    Laisse-moi croire que tu me mens
     
    J'avoue, j'avoue
    Je triche bien plus que toi
    Tant que tu m'échappes je te désire
    Mais ne te masque pas
    Sous les traits de l'imposture
    Fuis le mensonge à toi-même
    Délivre-toi de tes secrets
    Sois l'être en moi.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :