• Fadaises

    Fadaises, fadaises ! Que je porte une croix en bois autour du cou, que ma chemise orange flotte à mon torse, que des frisettes pendent à mes oreilles, qu'un sarouel allège mes jambes ? Eh quoi ! Tous ces signes monothéistes feraient de moi un homme meilleur ?  Foutez-moi la paix avec vos entités ! Me verriez-vous brûler les graisses bovines devant vos temples, vous me prendriez pour un fou. Je préfère encore peindre d'ocre ma caverne ! Cette nuit, je vous le dis, je grimperai, sans le tyrse, sur la colline noire. Au moins, j'y verrai les étoiles.

    Qu'il est difficile d'être un homme libre ! Allez, emportons ces corps que la mer a mutilés. Même la science nous laisse bien seuls. Tiens, le chat a fini de laper son lait. Viens-là que je te donne ta caresse du jour, ton poil chaud sous le soleil me cajôle.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :