• Impossible faim

    Des tresses, une voix
    La tienne que j'oublie
    Des roulements d'orage
    Au lointain
    Echappé d'un hier qui n'en finit pas

    Tes douceurs aggripées
    A mes pas
    Dans le sable doux
    D'une plage exotique

    Partir loin, en Islande
    en Extrême de l'Orient
    Gravir un mont escarpé
    Oublier le goût de tes moires

    Il était une fois
    Un pays imaginé
    Un chant de la terre
    Qui vibre effacé

    Sous le poids des temps
    Tes rires qui défilent
    Sous la roue d'un train
    Partir jusqu'à Istanbul

    Les héros pleurent aussi
    Giser dans la cendre
    S'en vêtir
    Goûter de ton sang

    Habits de toi,
    Nourriture de toi
    Je me meurs de moi
    Qui ne me porte plus.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :