• L'Asra

    La fille du sultan, belle et sereine
    S'en allait chaque jour, d'un pas sûr
    Vers l'heure du soir à la fontaine,
    Où les eaux blanches murmurent.

    Chaque jour le jeune esclave demeure
    Vers l'heure du soir à la fontaine,
    Où les eaux blanches murmurent;
    Il devient chaque jour plus blême.

    Un jour la princesse avec un ton
    Soudain, s'approche de lui :
    Je veux connaître ton nom,
    Celui de ton clan, de ton pays !

    Je m'appelle, l'esclave répliqua,
    Mohammed, je viens du Yémen,
    Je suis de la tribu d'Asra,
    De ceux qui meurent quand ils aiment.

    Heinrich Heine

     

    Täglich ging die wunderschöne
    Sultanstochter auf und nieder
    Um die Abendzeit am Springbrunn,
    Wo die weißen Wasser plätschern.

    Täglich stand der junge Sklave
    Um die Abendzeit am Springbrunn,
    Wo die weißen Wasser plätschern;
    Täglich ward er bleich und bleicher.

    Eines Abends trat die Fürstin
    Auf ihn zu mit raschen Worten:
    “Deinen Namen will ich wissen,
    Deine Heimat, deine Sippschaft!”

    Und der Sklave sprach: “Ich heiße
    Mohamet, ich bin aus Yemen,
    Und mein Stamm sind jene Asra,
    Welche sterben, wenn sie lieben.”


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :