• L'être et le néant

    Un je ne sais quoi de toi
    Un presque rien de nous

    J'écoute cette musique surannée
    et je replonge dans ce temps
    d'avant quand tu tapissais mes nuits.

    Je me tenais dans cette pièce toute de blanc vêtue
    Dans cet instant où tu te balançais à ta chaise de bistrot
    nos regards se croisèrent dans l'éphémère des jours
    Ton regard a parcouru la ligne de mon front
    Ton charme saisissait un état de grâce.

    Puis tout a chaviré, le néant a effacé nos instants


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :