• Le poison du désir

    Plus de mots. Jamais.
    Seulement la langue alourdie
    Par le poison du désir.

    Plus de gémissements.
    Seulement les yeux élargis
    Par la violence des caresses.

    Plus de vains tremblements.
    Seulement le souffle qui s’éteint
    A force de tensions souterraines.

    Pour chasser l’insoutenable vide,
    Les creux s’emplissent de sang.
    Notre étreinte stérile a détourné
    Le martèlement de la vie.

  • Commentaires

    1
    Mercredi 17 Mai 2006 à 12:32
    Que dire...
    ... si ce n'est que j'aime beaucoup ce texte ! ( je suis moins doué en commentaires que mes lécteurs :-) )
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :