• Le rebouteux du village de Kalembouly et les génies.

    Voici la légende de l'ancêtre du guérisseur de Kalembouly.
    Venu de Bitchako, nommé Zem il y a 700 ans.
     

    Lorsque l'ancêtre Zem aux grandes mains quitta Kabélé, le village des cases rouges, il partit avec sa première épouse, Elikya, leurs fils, et sa deuxième épouse, Kimia. Le chef de Kabélé avait donné à Zem sa part de récolte pour traverser la longue forêt : le mil noir, les arachides fraîches. L'ancêtre Zem marcha avec ses deux femmes qui portaient les nattes tressées et leurs provisions. Les enfants de la première épouse tiraient les deux agneaux de lait et l'âne. Dans une clairière au cœur de la forêt, Zem s'arrêta. La rivière coulait tout près et le chant des oiseaux ici était plus suave. Zem déclara que le nouveau village serait bâti ici et il sacrifia le premier poulet pour louer l'âme de ses ancêtres ; le sang du sacrifice se mêla à la terre rouge.

    Zem avec l'aîné de ses fils laboura le premier champ pendant que les deux épouses pilaient le mil. La plus jeune avait oublié son pilon car toujours elle oubliait ses devoirs d'épouse. Elikya soupirait à la voir toujours jouer comme une enfant et accueillir Zem avec le sourire à son retour du champ. Ce jour-là Kimia pour piler le mil utilisa le pilon de la première épouse qui le lui réclama à grands cris mais Kimia refusait de rendre le pilon. Les deux femmes se querellèrent tant que le pilon se cassa. La première épouse, furieuse, demanda que le pilon soit réparé avant le retour de Zem.

    La deuxième épouse, effrayée, s'en alla dans le village des forgerons qui scellèrent une atèle en métal pour tenir les deux morceaux du pilon cassé. Elikya ne reconnut pas son pilon qui n'avait plus assez de puissance pour écraser le mil. Elle renvoya la deuxième épouse et lui demanda de ramener le pilon intact. Kimia, en pleurs, marcha jusqu'au village de ses parents qui l'accueillirent avec joie et lui offrirent de l'eau et du beurre de karité. Tandis qu'elle expliquait l'objet de sa visite, sa vieille mère levait les bras au ciel en signe de désapprobation et poussait des cris. Le père se taisait, assis sous le caroubier de la grande cour. Quand sa fille eut fini de raconter sa mésaventure, il parla doucement mais fermement. Il joignait ses longues mains et parfois se touchait le front et la joue pour mieux expliquer ce qu'il ressentait. Le père dit : « La calebasse met elle-même sa corde. Ma fille tu n'as pas agi comme tu devais. Maintenant que tu es mariée, ta famille ne peut pas débrouiller tes querelles avec la première épouse. Tu dois rejoindre Zem, ton époux, et résoudre avec lui ce que je ne peux plus résoudre à sa place. Maintenant tu dois aller. »

    Kimia s'éloigna dans la brousse, elle pleurait toujours et hésitait à retourner dans sa demeure. En chemin, elle croisa les génies qui lui demandèrent pourquoi elle était seule dans la brousse et pourquoi elle pleurait abondamment. Elle expliqua sa mésaventure, comment elle avait quitté Kabélé, le village des cases rouges, avec Zem, la première épouse et les enfants de la première épouse, comment elle avait oublié son pilon et comment elle avait cassé celui de la première épouse. Elle raconta aussi pourquoi Elikya refusait le pilon réparé par le forgeron avec l'atèle en métal et pourquoi son père avait refusé de l'aider. Elle leur dit qu'elle n'osait pas retourner chez elle parce qu'elle était une mauvaise épouse et qu'elle craignait la colère de Zem. Les génies écoutèrent en silence toute son histoire. Puis ils prirent le pilon et ôtèrent l'atèle en métal. Ils invitèrent la deuxième épouse à s'asseoir sur une pierre plate devant leur demeure. Un des génies prit du beurre de karité et frotta les deux morceaux de pilon pour les assembler à nouveau. Trois fois il massa le pilon avec le beurre de karité et trois fois il cracha une goulée d'eau bouillante sur le pilon enfin réparé. Les génies retournèrent vers la jeune femme et trois fois ils frappèrent le sol avec le pilon pour montrer que toute la puissance du pilon était revenue. Puis les génies dirent : « Maintenant, tu peux retourner chez ton époux, Zem. Tu lui diras toute ton histoire. Ne crains plus sa colère maintenant que le pilon est intact. Tu lui montreras comment nous avons opéré pour réparer le pilon. Tu lui diras : ce que les génies ont fait avec le pilon, Zem doit le faire avec les os cassés des hommes pour leur redonner leur force. Tous les descendants hommes de la famille de Zem pourront refaire les mêmes gestes que nous pour guérir les blessures ; mais attention, les femmes de la famille de Zem ne doivent jamais connaître le secret des génies. Seuls les hommes pourront être guérisseurs. Maintenant, va ! » La deuxième épouse regagna sa demeure avec le pilon intact et expliqua toute son histoire à son époux, comment elle avait oublié son pilon, comment elle avait cassé celui de la première épouse, comment les forgerons l'avaient réparé puis les génies. Alors elle transmit le secret des génies à son époux qui lui pardonna et lui fabriqua un pilon neuf pour qu'elle puisse aider la première épouse. Depuis, Zem et tous ses descendants dans le village de Kalembouly connaissent le secret des génies et ont le don de guérir les articulations défaillante, les fractures et les luxations.

    propos recueillis au village de Kalembouly, Burkina Faso.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :