• Le retour de Pasiphaé

    La première reine à aimer la bête
    Ouvre la ronde de ces hommes incertains
    Aux blessures exsangues
    Vétus de robe pourpre
    pendue dans les vitrines des ruelles secrètes
    de leurs désirs mis en scène
    Le doigt de Saint Jean se tend
    Dans le dédale de leur déchirure
    Ils s’enivrent à la découverte de leur héritage
    Oublié sur une plage méditée.

    L’étendard sanglant s’est levé
    Sous l’œil voilé des femmes d’orient
    Et de leurs hommes barbus
    Cachés à eux-mêmes.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :