• Depuis les années soixante, l'utilisation du stylo à bille est sans doute l'instrument de l'écriture manuelle le plus répandu de la planète. Aux quatre coins du monde, qui en effet n'a pas tenu au moins une fois entre ses mains un stylo-bille pour écrire à l'encre dite ‘‘sèche'' un texte long, un message court, ou encore esquisser un croquis, des plans ? Cette petite bille qui a le pouvoir de rouler en bout du stylo, Félix Martin, lui, l'a élevée au rang de pinceau, mieux encore, il en a fait un instrument à pixelliser l'image bien avant l'heure...

    Pendant une vingtaine d'années, depuis la fin des années 50, Félix Martin, natif de Valence, produit grâce au stylo-bille, une œuvre foisonnante au travers de plus de 200 planches originales en quatre couleurs : noir, vert, rouge, bleu. Stylo en main, il s'applique à des symétries et formes parfaites de méticulosité, s'adonne à des graphismes faits de courbes et de droites soignées, d'une très grande régularité bien avant l'apparition du tout premier micro-ordinateur et l'aide qu'aurait pu lui apporter ce dernier...

    Pétri d'une incroyable patience, plongé dans un travail titanesque, Félix Martin, consacra de longues heures, de longs mois et en fin de compte, de longues années, à son obsession : celle de faire “glisser et glisser” cette bille sur des feuilles cartonnées qu'il recycla en support pictural qui se voulait idéal à ses yeux... Mais... d'où lui venait cette passion du trait ordonné, cette rigueur visuelle toute géométrique et symétrique, cet amour pour la précision et la minutie du point de couleur posé là, exactement ?

    Sans doute de son métier, qu'il exerça de l'âge de 14 à 70 ans et qui lui fit aimer motifs et couleurs de nombreuses étoffes du commerce en tissus installé, au milieu du siècle dernier, Maison Des Têtes à Valence. Ainsi, alors que d'autres passaient leurs temps à “rouler leur bosse”, Félix Martin, assis devant son carton, reste sûrement une des très rares personnes au monde à avoir porté aussi haut l'art de “rouler sa bille”, mais pour cela il faut bille en tête, avoir l'amour de la bille...

    1 commentaire
  • Tout va disparaître. Tout va disparaître.
    Il faut se presser avant que le fond de la nuit tombe et coule.

    votre commentaire
  • La lune trop pâle
    Caresse l'opale
    De tes yeux blasés
    Princesse de la rue
    Soit la bienvenue
    Dans mon cœur blessé

    Les escaliers de la butte sont durs aux miséreux
    Les ailes des moulins protègent les amoureux

    Jean Renoir


    votre commentaire
  • Mon amour est aussi profond que la mer.

    "Roméo et Juliette" Shakespeare


    votre commentaire
  • Le socialisme

    Vous avez deux vaches. Le gouvernement vous en prend une et vous donnez l'autre à votre voisin.

    Le communisme

    Vous avez deux vaches, le gouvernement vous les prend et vous vend le lait.

    Le capitalisme

    Vous avez deux vaches, vous en vendez une et vous achetez un taureau.

    La technocratie

    Vous avez deux vaches, le gouvernement vous les trait et renverse le lait par terre.

     

    New Yor Herald Tribune


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique