• Ma soeur Anne

     

    Anne, ma sœur Anne
    Ne vois-tu rien venir
    Ma
    lumineuse primevère
    A l'aube je berce
    Tes soupirs de nourrisson
    Je me souviens
    Ta main accrochée à mon doigt 

    Anne, ma sœur Anne
    Ne vois-tu rien venir
    Ma délicate violette
    Dans le soleil du matin
    Je panse tes genoux écorchés
    Je me souviens
    Tes jeux au jardin d'enfant

    Anne, ma sœur Anne
    Ne vois-tu rien venir
    Ma belle nymphéa
    A midi tu goûtes
    Aux jeunes amours
    Je me souviens
    De tes premiers chagrins 

    Anne, ma sœur Anne
    Ne vois-tu rien venir
    Mon rouge coquelicot
    Dans le calme après-midi
    Ton ventre s'arrondit
    Je me souviens
    Tes bébés roulant sous mes mains

    Anne, ma sœur Anne
    Ne vois-tu rien venir
    Mon éphémère fleur de cerisier
    Au crépuscule obscur
    Tes joues pâlissent
    J'arrache
    La fleur maudite de ton sein

    Anne, ma sœur Anne
    Je n'ai rien vu venir
    Mon souffle fraternel est vain
    La nuit éternelle
    Recouvre tes paupières
    Je dépose
    Les roses noires sur ton cercueil clos.

     

    Illustration :
    Léda pierre de Lens
    Paul Marandon
    http://www.paulmarandon.com/

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :