• Mante cannibale

      

    Même quand tu oublies
    Dans tes détours
    De me dire je pars
    Je prends plaisir
    A te deviner ailleurs

    J'aime quand tu déposes
    Tes secrets sur ma bouche
    D'un simple doigt
    Les soirées s'allongent
    Je déroule nos instants
    Je les déplie
    Comme des cornets
    D'oublies  <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Absent de toi,  je range ton boudoir
    Tes bas abandonnés
    Ta jupe fendue
    Et ton parfum
    Traînant
    Je pourrais parcourir les rues
    Te retrouver
    Accoudée nonchalante
    Dans les bars d'étuve

    Je tourne en rond
    Dans le couloir vide
    Je déplie une carte
    Pour dessiner tes voyages
    Impossible de me détacher
    De tes fantaisies
    Les pinceaux sur la toile
    Te grimacent des poses
    De mante cannibale
    Je croque le baiser
    Que tu donnes à des inconnus<o:p> </o:p>

    Quand tu réapparaîtras
    Dans mon antre
    Avec ton sourire esquissé
    N'oublie pas
    Mes morsures de bête
    Te saisiront.

     


  • Commentaires

    1
    Lunar
    Mardi 8 Juillet 2008 à 02:15
    au-dessous
    Je songe à comprendre mais quoi ? L'antre où se terre l'impossible aveu ? Des frissons, et même plus, l'envie de ne jamais réapparaître, de ne jamais savoir. Tant pis. Merci pour ce texte, et d'autres. Mes amitiés au passage. Caustic.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :