•  

    Dans les jours de solitude, j'apprivoise la solitude, ou bien est-ce elle qui m'apprivoise ? Au fil des heures, elle devient une amie, une confidente. Silencieuse et respectueuse.

    Avec la solitude, j'écoute le battement des contradictions. Je peux oser mille perversions et elle m'excuse d'un sourire pour ces errements, ces passions nées du mouvement oscillatoire d'un moucheron attiré par la lumière, ou de la lumière elle-même qui tombe à mes pieds le long d'un mur blanc, ou bien encore des ces mots assemblés dans un livre par l'ivresse d'un autre.

    Avec la solitude, j'écoute le silence. Il donne un contour à l'espace qui m'environne, la solitude le peuple.

    Un martèlement bref à mon cœur n'est autre que Narcisse qui s'effleure et se brise. Rien d'autre. La douleur de soi à soi demeure au coin des lèvres quand une odeur survient ou quand un bruit furtif accompagne mes pas et que je me retourne. Derrière, il n'y a rien, cette odeur n'appartient à personne. On regarde la plaie pour en avouer la réalité.

    Les jours de solitude sont étonnants de vérités. Comme un mot qui sonne juste à un moment précis. La découverte -par soi-même- de la réalité est un vertige, une quête mystique. On rencontre la réalité comme on rencontre dieu : face à elle son se sent désarmé, trop petit pour la contempler, trop ignorant pour en connaître la profondeur. Dieu serait la réalité qui nous entoure, qui habite l'espace entre moi et les autres, entre moi et le monde ? La réalité crée les espaces, liens invisibles, dressés les uns contre les autres. Ne pas perdre les liens qui nous attachent à la réalité.

    Jusqu'à perdre l'idée d'aimer. Non pas aimer pour éviter la solitude, non pas aimer pour quelque chose, seulement pour le plaisir de sentir l'autre, d'être dans le même espace ou encore que l'espace soit absout. Peau à peau.


    votre commentaire
  •  Chut je l'entends qui approche
    Quel philtre puissant m'a-t-elle laissé boire
    Je tremble ce n'est pas de froid
    Juste dans l'attente de son premier baiser
    Je n'ai rien d'autre à faire
    Qu'à m'étendre dans un cercueil de pierre
    Je pourrais bien m'assoiffer à son cou
    Si elle me laisse faire
    Je gravis sans cesse
    La colline qui me conduit
    A son vermeil sommeil

    Traverser son palais silencieux
    Aux dormants de mille ans
    Assoupir un vieil eunuque
    Pour l'approcher
    Toucher ses voiles aimés
    Désirés
    Dans mon costume de bête
    J'apprivoise ma belle
    La pulsation des étoiles
    Dans mon cœur ensorcelé
    Cadence ma soudaine passion
    L'un après l'autre, je détache les pétales
    De son destin
    Entre mes mains moites
    D'impudeur
    Mes soupirs n'ont rien de chastes
    Des râles sans doute
    Ou des cris de loup
    Dans la prairie à la voûte tiède.
    Le son de sa voix est déjà une tempête
    Mon tapis de mots n'est pas assez volant
    Pour rejoindre sa couche
    Je convoite son regard du haut de ma tour
    J'incline ma chevelure alourdie
    Autour de sa nuque superbe
     Si doux entre mes doigts
    Je tiens le soulier de vair
    Je la chausserai pour la connaître enfin.


    votre commentaire
  • Dionysos, dieu du désir pulsionnel assumé
    divisé par le Diable, dieu déchu du plaisir détourné
    reste La Croix
    Et cloué à cette croix l'Homme devenu dieu
    au nom de l'amour

    La bergère violée à la margelle du puits
    divisé par la courtisane poudrée de séductions
    reste l'Ecume
    Et baignée à cette écume Aphrodite libère
    au goût de l'amour

    Le Guerrier, survivant des combats
    divisé par l'entêtée, au coeur rayonnant
    reste Le Philtre
    Et à ce philtre les Amants éternels boivent
    au partage de l'amour

     


    votre commentaire
  • Quand le mur est tombé
    Ils ont glissé leurs ongles
    sales dans mes cheveux
    j'ai hurlé leurs cris ensevelis
    La foule a continué
    à fêter la liberté.


    votre commentaire
  • Nous sommes nés de votre néant.
    Vous nous avez donné
    La mémoire des avions au-dessus des villes
    La mémoire des sirènes vibrantes
    La mémoire des bottes sur les pavés.

    Nous sommes nés de votre néant.
    Vous nous avez donné
    Les images du déni
    Les images des camps aux corps concentrés
    Les images de l'Europe totalitaire.

    Nous avons cru à nos lendemains qui chantent
    Nous vous avons jeté
    Une petite révolution sur les pavés
    Une petite liberté des corps
    Une petite déconstruction sur vos ruines

    Que donnerons-nous à nos enfants ?


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique