• Dionysos, dieu du désir pulsionnel assumé
    divisé par le Diable, dieu déchu du plaisir détourné
    reste La Croix
    Et cloué à cette croix l'Homme devenu dieu
    au nom de l'amour

    La bergère violée à la margelle du puits
    divisé par la courtisane poudrée de séductions
    reste l'Ecume
    Et baignée à cette écume Aphrodite libère
    au goût de l'amour

    Le Guerrier, survivant des combats
    divisé par l'entêtée, au coeur rayonnant
    reste Le Philtre
    Et à ce philtre les Amants éternels boivent
    au partage de l'amour

     


    votre commentaire
  • Quand le mur est tombé
    Ils ont glissé leurs ongles
    sales dans mes cheveux
    j'ai hurlé leurs cris ensevelis
    La foule a continué
    à fêter la liberté.


    votre commentaire
  • Nous sommes nés de votre néant.
    Vous nous avez donné
    La mémoire des avions au-dessus des villes
    La mémoire des sirènes vibrantes
    La mémoire des bottes sur les pavés.

    Nous sommes nés de votre néant.
    Vous nous avez donné
    Les images du déni
    Les images des camps aux corps concentrés
    Les images de l'Europe totalitaire.

    Nous avons cru à nos lendemains qui chantent
    Nous vous avons jeté
    Une petite révolution sur les pavés
    Une petite liberté des corps
    Une petite déconstruction sur vos ruines

    Que donnerons-nous à nos enfants ?


    votre commentaire
  • J'ai plongé la main puis le bras, 
    Mon corps tout entier a basculé
    J'ai glissé contre les parois lisses
    J'ai cherché bien au fond
    Jusqu'à ce que je le sente
    Jusqu'à ce que je l'agrippe
    Jusqu'à ce que je l'arrache.

    L'humanité retient son souffle
    L'humanité suspend ses batailles
    Depuis l'éternité l'humanité attend.

    Je l'extirpe de ses souterrains  
    Je le brandis en trophée
    Je le fais naître au jour
    Le voici sorti du néant.
    Au premier jour du printemps
    J'ai libéré
    l'espoir affamé
    Dedans la boîte de Pandora.


    votre commentaire
  • On peut y croire

     

    Ce matin j'ai ouvert les deux battants de ma fenêtre
    Je me suis accrochée au parapet
    J'ai grimpé dans la gouttière du toit
    Et tout là-haut j'ai crié ton nom

    Il a glissé sur les tuiles luisantes
    Il s'est dessiné sur les ardoises creuses
    Il a rebondi sur les cheminées de brique
    Un arc-en-ciel l'a accroché
    Depuis il voyage sur tous les continents.

    Il a donné à boire aux enfants du Sahel
    Il a guéri les blessés de Bagdad
    Il a ouvert les prisons de Chine
    Ton nom était si puissant quand je l'ai crié
    Que les Bushmen d'Afrique et les chamans de Mongolie
    Ont vu un nouvel esprit s'envoler.




    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique