• "
    Je tiens cette terre de Crète et je la serre avec une douceur, une tendresse, une reconnaissance inexprimables, comme si je serrais dans mes bras, pour en prendre congé, la poitrine d'une femme aimée."



    "Je n'espère rien, je n'ai peur de rien, je suis libre"


      

    Nikos Kazantzakis


     


    votre commentaire

  • Aux marches du palais
    Y a une tant belle fille,
    Qu'a tant d'amoureux
    Qui la prennent
     Un seul en la chaussant
    a pris son pied
    Et lui a chuchoté
    La belle si tu voulais
    Je serai ton petit cordonnier
    Tu danseras dans mes bras
    La valse à mille temps.
     Demain ma belle préférence je viendrai
    Prépare la chambre et le grand lit carré
    Nous y dormirons ensemble
    Jusqu'à la fin du monde.


    votre commentaire


  • J'ai dix ans
    Cette nuit, je l'ai vu
    Il était accroupi sur le rebord de la fenêtre
    Il écoutait mes histoires d'amour
    Cette nuit, je l'ai entendu,
    Pss, pss
    Il a tendu sa main
    J'ai grimpé dans son voilier
    On est parti rejoindre
    Le pays imaginaire et 
    les garçons perdus
    Le temps infini lui appartient
    Je prie pour que la mémoire
    De l'amour ne s'efface pas.

    votre commentaire
  • Longtemps,
    dans la forêt désertée
    j'ai marché
    mes bottes claquaient
    tes ombres ne se glissaient plus
    dans mes vies
    Il a fallu ce jour
    Ta main au balcon
    s'est accrochée
    Je l'ai prise
    Ou bien est-ce toi ?


    votre commentaire
  • Les contes de fées me font souffrir. Quand ils se réalisent, je souffre encore. Absurde, lui ai-je répondu. Les contes de fées n'existent pas. Un soir de sombre désespoir, tu ne m'as pas secourue. J'ai décidée de ne plus me préoccuper de toi. Elle a ajouté : je renonce à mes illusions. Le désespoir devait être intense, en tout cas il était sombre. Elle était jeune, elle avait des illusions. Notre relation appartient au passé, m'a-t-elle déclaré. C'était hier. Elle m'épuise avec ses phrases d'enfant. Elle me fait sourire aussi. J'aime bien mieux la caresser. Je suis trop sentimental, voluptueux mais sentimental. Je l'attends en début de soirée dans un café au bord de la Nationale 7 qui remonte d'Antibes. Un Africain est entré pour vendre des babioles brillantes. Je pourrais lui faire un cadeau, ce serait romantique. Elle aime ce qui est romantique. Je lui ai acheté le collier le plus brillant. Je me souviens que les ancêtres de ce Black étaient échangés contre les mêmes babioles. Triangle. Je pourrais être son esclave. Elle ne le sait pas. C'est une petite femme de mauvaise vie qui m'enjôle. J'attends ma petite femme. Elle ne sera pas en retard. Je n'aime pas ses retards. J'attends et je n'attends pas l'été et ses orages.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique