• Ton vieil amour

    C'est ta bouche et pourtant ce n'est pas elle qui a crié
    C'est ton ombre qui a crié derrière ta bouche
    Je sais maintenant pourquoi elle est aussi funèbre
    Toutes tes nuits tu tiens tes corps en apesanteur
    Vois comme ton passé tremble, une vie terrible
    Se glisse par tes veines. Tu t'es dépossédée.
    Va savoir qui tu vas tuer ou trahir
    Avant de te réveiller dans l'inconnaissance
    Tu as amassé des passants qui t'ont rendue humide
    Je suis parti et revenu
    Ce frissonnement sur la page en est le signe. Ô va, va-t-en
    A tout moment maintenant je peux entendre ton sanglot
    Si tu es proche, renonces-y. Va. Je t'attends.
    Si je ne te revois pas maintenant, cela voudra dire jamais
    Je t'ai guetté toute ma vie et il se peut
    Que ta coupe ne retienne plus mes joies.


    C.


    Le vieil homme

    C'est sa bouche et pourtant ce n'est pas elle qui a crié,
    C'est cette ombre qui a crié derrière sa bouche ;
    Je sais maintenant pourquoi elle a été si hébétée
    Tout le jour et pourquoi elle a des yeux appesantis.
    Vois comme elle frissonne à présent, une vie terrible
    Se glisse par ses veines. Elle est possédée.
    Allez savoir qui elle va tuer ou trahir
    Avant de se réveiller dans l'ignorance de tout
    Et d'amasser les feuilles. Mais elles seront humides ;
    L'eau sera venue et repartie ;
    Ce frissonnement en est le signe. Ô va, va-t'en,
    À tout moment maintenant je peux entendre son glouglou.
    Si tu es bon, renonces-y. Va. Je suis vieux,
    Si je n'en bois pas maintenant, cela voudra dire jamais
    Je l'ai guettée toute ma vie et il se peut
    Qu'il n en jaillisse qu'une petite coupe.

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Yeats

     

     


    votre commentaire
  • Il a suffi d'un jour sans mot,
    sans trace,
    sans empreinte,
    pour que les ténèbres s'abattent.

    Ton souffle revenu a suffi
    pour que l'ombre s'éloigne,
    pour que la lumière revienne.
     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique