• La complainte de Pessoa, sa supplique quand il rêve la vie
    Quand il nous en convainc avec ses mots au bord des larmes,
    avec ses mots d'émotion étranglée.

    Les jours en dalles disjointes.

    Je caresse le désespoir de ces pages du plat de la main.
    Les doigts à demi écartés, soulevés et tremblants.
    Goûtant à cette incestueuse découverte.

    Les jours fruitiers.

    Sans écart entre la fluidité de l'air des choses
    et les sensations bourdonnantes du dedans.

    Les jours électriques.


    1 commentaire


  • Une drogue douce flotte à votre âme
    Ni fumée, ni cachet
    Juste des images
    En mots brouillards
    Qui tombent à vos doigts
    Juste un temps entre parenthèse
    Dans une ville renaissante
    Juste l’autiste qui gribouille.

     

    Illustration : peinture sur toile 'Autiste', Albin

    votre commentaire
  • J'aurais aimé être une madone.
    Pas pour être vierge.
    Juste pour réchauffer à son voile
    Ma tête, ma nuque, mon coeur
    Et donner mon regard au premier dieu sur le trottoir.


    votre commentaire

  • Le roulis imperceptible de la péniche amarée aux quais.
    En face la façade illuminée de l'Hôtel Dieu, celui-là qui abrita Rabelais.
    Celui-là qui dans les temps de demain se transformera en hôtel aux étoiles de luxe.


    votre commentaire
  • Un robot en cuisine
    Un gaz en sous-sol
    La mélodie des papilles s'agite
    Le biscuit est lu
    La cuisinière est maia
    Le paic est citron
    Le cuisinier est habile.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique