• Parenté

    Là-haut tournoie l'aigle
    Jamais ses plumes n'ont frôlé ma joue
    A peine son ombre a masqué mon coeur

    La-bas dans la ruelle
    L'hirondelle au ventre blanc git
    Son oeil ouvert plane encore dans mon regard

    J'erre au royaume des orphelins
    Moineau dans les places citadines
    Le poids des fantômes à mes épaules

    Ce matin, l'oiseau mélancolie s'est échappé
    Au-dessus de mon exil,
    Il a pris son vol pour rejoindre les étoiles

    Je m'en suis allée
    Oublieuse et rieuse
    L'âme libérée.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :