• Tout au coin de la rue déserte, j'ai capté
    votre démarche féline des hommes gais,
    vous avez incliné la tête à mon approche
    l'éclat de votre sourire à l'ombre du porche
    vous donnait des airs lubriques du chat d'Alice
    votre voix mouillée conviait à tous les délices

    nos corps captifs s'ouvraient aux désordres dorés
    double jeu des troubles sens, en amants pâmés
    au lieu d'effeuiller la marguerite sans goût
    nos pétales de rose nous ont rendu fous
    nos audaces élevaient des tours de babel
    décochant aux cieux nos caresses sensuelles


    la perverse adoration soufflait nos plaisirs
    scélérats enfouis au profond des désirs
    notre trouble noir coulait à flot dans nos veines
    au verso de nos âmes l'amour sans ses peines
    peignait d'indécence le vide sidéral
    le temps calciné rougit en liaison fractale


    votre commentaire
  •   

    Voici venir le temps où les souvenirs tombent
    Dans le calice de l'absence en ronde folle
    Les voix et les chairs tournent dans l'air et s'envolent
    Valse nostalgique où ma pauvre âme succombe.

    Tes traces s'effacent et rien ne me console 
    Le souffle du vent me rapproche de la tombe
    Valse nostalgique où ma pauvre âme succombe
    Au chant des oiseaux perdus dans les tristes saules. 
     
    Voici venir le temps où les souvenirs tombent.
    Ton ombre tremblée du bout de l'amour me frôle
    Ton bel enchantement exilé me rend folle
    Sur l'écran des jours maussades meurt la colombe. 

    Vaste et noir le néant des jours sans ton épaule.
    La douce lune se noie dans ma sombre tombe
    Ton œil de loup affamé sans pudeur surplombe
    Ma douleur où repose ta bouche en étole.

     

     


    votre commentaire
  • Come on baby
    Ta main effleura mon coude à l'entrée du bar
    « La route m'attend, suis-moi, lâche les amarres
    Come on baby tu connaîtras le paradis »
    Je n'ai pas fléchi, le cœur abasourdi
    Nous avons parcouru le trouble de l'amour
    Dans les nuits blanches en absence des jours

    Goodbye baby
    Tu as poursuivi seul tes chemins de traverse
    Mes pleurs inassouvis imitaient les averses
    Esseulé tu as goûté les baies des buissons
    Esseulé tu as roulé dans les sombres limons
    Esseulé tu as bu le blanc brouillard des étuves
    L'enchantement touche à sa fin la nuit arrive

    I love you baby
    Aimer, dans quelle langue vive te l'écrire
    Chuinter en allemand ou de l'anglais dire
    Viens lover ton corps dans ma tanière
    Tes nuits fauves se mêleront à mes lumières
    Pour te chérir je choisirai l'italien
    Je t'attends au seuil de notre rêve aérien

    Baby come back
    Les routes ont séparé nos sillons d'âme
    Détache tes souffles grisés du macadam
    Notre jardin d'hiver guette ton vrai retour
    Du fond de ma vie je ne crains pas tes détours
    Dépêche-toi le soleil a quitté le Sud
    Je ne t'attendrai plus longtemps finis ta ronde.



    photo : Richard Vantielcke LudImaginary
    www.ludimaginary.net

     


    1 commentaire
  • Voyez, les amantes étaient toutes venues
    Avec leurs mains tendues à la vue des corps nus
    Leurs bouches closes et leurs doux yeux implorants
    Elles avaient ensemble traversé les temps
    Nichées tremblantes dans le noir du corridor
    Contre la porte verrouillée par la clé d'or
    Eve et Juliette, Pénélope et Alma
    Virginie et Hélène, Sapho et Anna
    Ariane et Emma, Carmen et Héloïse
    Les voici réunies quand les amants s'unissent
    Et quand les deux amoureux se sont endormis
    N
    uées d'Eros, elles s'éplorent, attendries.
    Cet Amour s'accroche à son petit rond de Terre
    Entouré de voiles, il cache ses mystères.  


    votre commentaire
  • Dans l'aube qui se lève, petit Poucet dort,
    Il s'abandonne aux caressants bras qui l'adorent,
    Et goûte à la saveur de leurs envoûtements.
    Toute la forêt vibre à leurs enlacements.

    Poucet ne quittera plus sa chaude matrice,
    Il choisit pour toujours ses douceurs protectrices.
    Aux moineaux voleurs, il a jeté ses miettes.
    Tout son pain est là dans son cœur sans détresse.

    Ecoutez, passant, cette douce mélodie,
    C'est Poucet qui chuchote à son ancienne amie.    
    Fini les jeux interdits qui blessaient son âme,
    Sous les étoiles il a retrouvé sa dame. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique