• Saint Barnard

    Saint Barnard

     

    •  Mustapha, tu as décidé de me punir ? Pourquoi me faire venir à Romans ?
    • Allons Omer, tu vas pas commencer par te plaindre à peine sorti du train.
    • Et d'ailleurs, tu n'aurais pas pu passer ton permis comme tout le monde ?
    • Et toi, Omer, tu conduis ?
    • Les chars pas les voitures à moteur, ça te va comme réponse ? Bon vas-y, pourquoi tu m'emmènes ici ?
    • Ne sois pas si pressé Omer. On a rendez-vous à la collégiale. Mais à cette heure elle est fermée, on ira demain. Ce soir on dort chez un ami.
    • Bravo, beau programme. Eh quoi la collégiale de Saint Barnard ? Quoi ce prêtre qui m'a tant tourmenté, installé à Vienne puis venu ici installé son fief ?
    • Ah tu vois que tu connais l'histoire de Romans.
    • Oui, j'avoue, un peu, enfin Romanzisère, ça me parle. Et pourquoi aller à la collégiale, il est ressuscité, Barnard ? Ça m'étonnerait il doit pâlir en enfer.
    • Pourquoi tu lui en veux à Barnard ? A cause de Pilate ?
    • Qu'est-ce que tu vas chercher ? Quel rapport ?
    • Simple, Omer : Pilate est mort à Vienne, Barnard a été Évêque de Vienne avant d'établir l'abbaye bénédictine à Romans. 
    • Oui, bon, tu vas pas me faire un cours d'histoire. Et donc ?
    • Donc, tu dois effacer les traces du tombeau pour sauver ton fils, enfin ton troisième fils, facile. C'est ce que tu dois faire avant que les salauds qui sont sur sa trace te précèdent.
    • Et c'est à Romans qu'on va trouver le tombeau ?
    • Pas tout à fait, mais le parchemin qui a été confié à Barnard et qu'il a gardé avec lui est peut-être à Romans. Un parchemin signé par Pilate, en l'an...
    • Bon d'accord, c'est sûr, ce parchemin je voulais le retrouver depuis des lustres, si c'est le bon. Celui qui donne l'emplacement et que je voulais brûler. Que je sois le seul à savoir. Et comment as-tu fait pour arriver à tes fins ?
    • Rien de bien difficile : Vienne, Pilate, Barnard, Romans. Et un ami qui officie dans les archives de Romans. Comme il me dit, personne ne s'intéresse aux archives de cette ville, il n'y a bien que lui qui soit assez fou pour gratter et trouver des merveilles. Surtout quand c'est écrit en latin, personne n'a envie de traduire des poussières latines ici. Donc, demain, à l'aurore, il nous ouvre les portes de la collégiale et il nous transmet le parchemin.
    • Ah oui, comme tu dis, facile. Et il va le monnayer combien ?
    • Je te l'ai dit Omer, c'est un ami.
    • Tu lui as parlé de moi ?
    • Un peu, il fallait bien. On n'avait pas le temps, rappelle-toi ton fils, le troisième, est dans le coma à Montreux. Il faut que tu vois le parchemin, il faut qu'on soit certain que c'est bien le vrai. Et ça tu es le seul à savoir. Mon ami me l'a traduit mais les noms sont un peu effacés, enfin tu vois ce que je veux dire, l'emplacement, et surtout on ne connaît pas le plan de Jérusalem de cette époque avec autant de précision. Tu es le seul à savoir. Omer, quoi, tu hésites ? je ne te connaissais pas hésitant.
    • Tu oublies, mon fils, dans le coma. 
    • Ouais, enfin t'as un peu de sentiment. Tu as peur. Tu es plus détaché d’habitude.
    • Tu oublies, mon fils, dans le coma. 
    • On est là pour ça. Demain, on saura.

      Saint Barnard

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :