• Sérénade à trois

    Dans l'angle de la fenêtre
    Son peignoir de soie rouge
    Voile ses jambes nues

    Nous la goûtons de loin
    Le tapis s'illumine d'un rayon
    De soleil couchant rouge et or

    Ignorante de nous
    Elle regarde la rue en bas
    Qui s'agite des passants

    Il étreint mon poignet
    Je renverse la tête
    Le regard profilé vers elle

    Ne rien perdre de ses courbes
    Ne rien refuser à ses ardeurs
    Viriles en soupirs saccadés

    Elle se lève enfin
    Un sourire illumine son regard
    S'agenouille en prière

    Elle rejoint nos appels
    L'abandon en plénitude
    Inonde le multiple unique de nos trois corps.

     

    Illustration : Pedro Uhart
    http://www.pedro-uhart.com/WebPagesFR/


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :