• Thelma et Louise sont parties
    Elles ont ouvert la décapotable
    Elles ont ri à la liberté
    Les cheveux décoiffés
    Et la lèvre gourmande
    Loin des hommes poussiéreux
    Trop vite oubliés
    Trop vite remplacés
    Elles ont roulé pour goûter la vie
    A perte de vue des routes.

    Dans le désert Arizona
    La road movie a commencé
    Non vous ne les aurez pas
    La vie sera plus longue que la route.

    Leur destin a basculé
    Dans ce parking à camions
    Thelma avec son blond sourire
    N’en finissait pas de rien voir
    Louise ne savait pas
    qu’elle tuerait pour sauver son amie
    Trop vite elle a tiré
    Trop vite il est tombé
    Elles ont fui pour effacer les coups
    Dans le voyage sans retour.

    Dans le désert Arizona
    La cavale a continué
    Non vous ne les aurez pas
    La vie sera plus longue que la route.

    Sur le bord de la route il les attendait
    Dans le motel le jeune homme est entré
    Elles ont vidé leurs verres
    Louise la rousse n’a rien dit
    Thelma a croisé ses jambes
    Elle a souri comme elle fait si bien
    Trop blond pour elle
    Trop beau pour l’éternité
    Elle a choisi une nuit
    Pour y goûter.

    Dans le désert Arizona
    La cavale a repris
    Non vous ne les aurez pas
    La vie sera plus longue que la route.

    Cessez de les juger
    Ne tentez pas de les rattraper
    La mort s’en chargera
    Au bord du Grand Canyon
    Pour échapper à l’hélico
    Elles ont croisé leurs mains
    Trop beau pour en finir
    Trop con pour continuer
    Et dans un dernier refus
    Elles ont sauté dans le vide

    Dans le désert Arizona
    La cavale a cessé
    Non vous ne les aurez pas
    La vie sera plus longue que la route.


    votre commentaire
  • Tu as volé les mots qui courent dans le monde

    Vous êtes fous, c'est pas moi, j’ai pas volé les mots
    J'ai trop peur des écrivains, j'ai pas pris les mots du poète

    Oui, ça ne peut être que toi
    Tu es méchant et laid
    Y avait comme de l’encre sur tes doigts
    Quand les mots coulaient
    Oui c'est bien toi qui les as volés
    Avec tes doigts noirs
    Oui c'est bien toi qui les a volés
    Y a quelqu'un qui t'a vu

    Vous vous trompez
    Non ce n’est pas moi qui ai volé les mots
    Vous vous trompez je les ai laissés dans la montagne
    Ils sont restés accrochés dans les étoiles
    Je cherchais dans la montagne
    La dame blanche

    Tu as volé les mots qui courent dans le monde
    Il y a longtemps qu’on te guettait avec tes dents de renard
    Tu as volé les mots des pauvres
    Tu as volé les mots des déesses
    D’abord tu n’es pas un poète
    Tu portes malheur

    Vous êtes fous, non je n’ai pas pris les mots
    Vous vous trompez j’ai laissé les mots au petit prince
    J’ai pas volé les mots des prophètes
    J’ai laissé les mots aux enfants
    Laissez-moi vous êtes fous

    Tu as volé les mots qui courent dans le monde
    Tu as honte. Jamais plus tu ne voleras les mots.
    Tu la vois elle est là
    La critique qui te mettra en croix
    La critique qui te mettra en croix.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique