• Supplique à Achille

    Version 1

    J'aurais voulu être Patrocle.
    Je ne suis que Penthésilée
    D'aussi loin tu étreins
    Mon cœur qui s'affole 
    J'ai un souffle au cœur
    A force de ton étreinte au loin
    Viens jusqu'à ma couche
    Etreindre mon corps
    Redonner du sang à mon âme 

    Version 2

    O mon dieu, laissez-le moi encore un peu, mon amoureux
    Ce n'est pas la mort qui l'emporte
    C'est son ennui qui m'oublie 

    Je reste là étendue sous les remparts de sa vie
    Dans la poussière de ses jours
    J'aurais voulu être Patrocle
    Je ne suis qu'Hector 

    O mon dieu laissez-le moi encore un peu mon amoureux
    Je m'accroche à son talon léger
    Et je me traîne derrière lui sous les remparts à Troie.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :