• Iran - Pasagardes
    Le tombeau de Cyrus.

    «Ô, passant, qui que tu sois et d'où que tu viennes -car je sais que tu viendras : je suis Cyrus, qui ai conquis l'Asie pour les Perses. Ne m'envie donc pas le peu de terre qui cache mon corps. »
    Epitaphe de Cyrus

    « Je suis Cyrus qui ai conquis aux Perses cet empire et régné sur l'Asie. Ne m'envie pas ce tombeau qui est ma mémoire. »
    Epitaphe de Cyrus (autre version)  

     


    votre commentaire


  • Le drapeau noir de la Crète est planté dans ma tête.

    J'aimerais une révolution, une guerre, la famine, le viol et la résistance
    plutôt que cette incroyable douceur de  vivre.
    Et pourtant je l'aime beaucoup cette vie.
    Comme on aime l'absolu de la folie.
    Comme on aimerait Van Gogh. De loin.
    Le laissant reposer au vent de ses toiles, regardant les couleurs de sa palette, caressant sa joue.
    Je l'aime comme j'aurais pu l'aimer s'il avait été moins fou.
    Je l'aimerais entièrement  mais j'ai oublié que son entier est ailleurs.
    Mon avidité affronte son retrait permanent des choses, sa quête l'entraîne vers ailleurs loin de ma vie trop molle.
    J'aimerais une révolution, une guerre...
    Le drapeau noir de la Crète est planté dans ma tête.

     


    votre commentaire
  •  

    "Se coucher contre la terre, y marcher pieds nus, comme les anciennes prophétesses de Dodone avec le bruissement du vent dans les chênes sacrés de Zeus...  pour écouter leur battement monter en moi comme un chant de grillon dans la nuit de lumière."
    Silélianos

    "Ta grammata, den ta xéro kal.
    To sioleio mou, ézo einai. "

    "De l'instruction, je n'en ai pas beaucoup. Mon école, la voici." et le paysan montra derrière lui ses vignes dans un large mouvement du bras et de la main.
    Extrait de « En cheminant avec Hérodote », Jacques Lacarrière

    "L'âme d'un peuple ne se divise pas. Elle vit ou elle meurt. "
    Séféris


    votre commentaire


  • Les remparts de Bactres.


    Balkh, l'antique Bactres, en Afghanistan du nord, la cité où Alexandre a célébré ses noces avec Roxane et qui avait servi d'asile au prophète Zoroastre.


    Balkh, la ville à la bannière érigée.


    votre commentaire
  • Il faudrait pouvoir écrire en suivant les rayons du soleil et le souffle du vent. Changer au  rythme des notes le rythme des mots, vagabonder sur la gamme, pianoter un instant dans le feuillage des peupliers et glisser son archet au fil de l'eau. La musique s'arrêterait et recommencerait au signe des oiseaux dans le ciel. Et les nuages fileraient en rangs effilés en suivant les violons. La musique serait les mots. Donner à l'amour cette même douceur, cette légèreté divine et rejoindre Alexandre sur les champs de batailles. L'accompagner de tambours et de trompettes. Rejaillir au cœur du passé avec Bucéphale. Le laisser nous emporter dans une chevauchée fantastique. Ressembler à Héphestion et s'endormir sur l'épaule d'Alexandre. Musique, aide-moi à vaincre ce rêve, à le plier au réel, à le modeler tel le premier homme et lui donner vie.

    Faut-il toujours attendre le merveilleux qui s'éveille à chaque note ? Ton rythme m'essouffle, symphonie. Laisse reposer mon âme auprès de ces héros légendaires. Laisse-moi respirer leur sueur et leurs folles ambitions. Ambition d'un homme, de l'humanité, d'un dieu peut-être.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique